Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La SABLINE: section horticole et botanique de l'ALCI: Association Loisirs et Culture Illacaise

Amateurs de plantes quelles soient sauvages ou cultivées,sur ce blog vous retrouverez toutes nos activités dans les domaines du jardinage, de la botanique et de l'écologie. Pour suivre notre actualité, inscrivez-vous à la Newsletter: formulaire dans le rectangle noir sur le côté gauche à la fin des articles .

septembre 2012

Publié le 21 Septembre 2012 par La SABLINE in la lettre du mois

L’été peine à nous quitter , même si les nuits sont un peu trop fraîches, et surtout la sécheresse perdure, les plantes commencent à souffrir et le bilan risque bien d’être lourd. Plus que jamais, il va être indispensable de faire des choix draconiens dans nos plantations.
D’une part, seuls ceux qui n’ont que des petits jardins peuvent arroser suffisamment, je présume, mais d’autre part, même en arrosant, certaines plantes ne supportent pas les températures supérieures à 30 ° , surtout quand elles persistent pendant plusieurs jours. 
Les leçons à tirer de cette situation : s’adapter.  Cela veut dire utiliser les paillages végétaux, en couches épaisses, dans tous les massifs et au potager, arroser peu, mais régulièrement,  planter à l’ombre chaque fois que c’est possible, et privilégier les plantes qui ont fait leurs preuves, tant pour les grands froids que pour le grand soleil ; les méditerranéennes rustiques, comme les lavandes, les feuillages gris, .. la liste est assez longue, ce qui est réjouissant, mais plutôt que de vous faire un fastidieux listing, je vous propose de  la faire ensemble lors d’une prochaine réunion, pourquoi pas celle d’Octobre ?
Dans l’immédiat, on ne peut que constater et subir, en attendant que le ciel veuille bien nous donner de l’eau en quantité suffisante. Arroser parcimonieusement pour tenter de maintenir un peu de vie, mais surtout, ne rien couper. Laissez vos plantes tranquilles jusqu’à ce que les conditions soient redevenues normales pour la saison. Elles se sont mises en sommeil, il ne faudrait pas les réveiller trop vite, ce qui risque de les achever. Les feuilles qui tombent prématurément , c’est normal. C’est le moyen que nos plantes utilisent pour limiter l’évaporation et  réduire leur métabolisme. Elles se mettent en situation de survie.
L’ennui de ce climat qui change, avec des froids précoces et intenses, ou prolongés, des Etés secs, des Printemps trop arrosés, c’est que nous n’avons plus de saisons tranchées et il devient difficile de faire de nouvelles plantations, car la première année est toujours délicate à gérer.  Il est donc de plus en plus indiqué d’élever vos petites nouvelles en pot jusqu’à ce qu’elles soient assez solides pour affronter la liberté, tout en sachant qu’il faudra garder un œil vigilant dessus.

Nos plantes souffrent, c’est vrai, mais il y a sans doute plus grave, sans qu’on s’en aperçoive. Les animaux, quelle que soit leur taille, et à commencer par les insectes de nos jardins,  peinent à trouver eau et nourriture. J’ai trouvé il y a peu, un papillon Grand Flambé, dont les ailes postérieures étaient complètement atrophiées. Mon premier réflexe a été de penser Fukushima, mais un naturaliste m’a expliqué qu’il est très possible que la chenille ait manqué de nourriture, d’où ce développement incomplet. Par ailleurs, j’ai vu très peu d’insectes cet été,  en dehors d’une invasion de pucerons dans les pêchers, pour le plus grand régal des oiseaux,  en absence totale de coccinelles.
Faut-il y voir le résultat des épandages d’insecticides (larvicides)  pratiqués en début d’Eté pour calmer les moustiques qui importunent, oh les méchants ! les rurbains qui s’installent à la campagne mais en ignorent les contraintes ?
Voilà ce que je constate dans mon petit coin de forêt. J’ose espérer que c’est meilleur dans vos jardins de ville, en règle générale mieux protégés, mais il y a de quoi être inquiets pour l’avenir.

Une note d’optimisme, tout de même, le champion toutes catégories, de la rusticité à toute épreuve, c’est le Camélia, qu’il soit d’été ou d’hiver, bonne nouvelle non ?

Je voudrais aussi vous faire partager ce qui m’est arrivé au jardin cette année. Les plantes ayant comploté pour envahir la piscine, je me suis vue obligée de sévir gravement, en arrachant les arbustes envahissants. Forte de l’expérience passée, j’ai décidé de ne plus mettre sur ces plates bandes que des vivaces sages, complétées par quelques annuelles, donc gros travail, et qu’elle ne fut pas ma surprise de voir sortir des plantes annuelles que je n’avais absolument pas semées, en particulier des ageratums, dont le dernier semis remonte bien à une dizaine d’années !
Surprise aussi dans un autre endroit , après avoir bien débroussaillé les ronces et rosiers grimpants qui défendaient le passage , tels des Cerbères, de voir sortir tout un tas de vivaces qui dormaient là depuis plusieurs années, dans l’oubli le plus total. Comme quoi avec la nature il ne faut jamais désespérer, mais rester humble, c'est elle qui décide, pas le jardinier.

Vie de l’association :
..
J’ai reçu le catalogue des roses anciennes d’André EVE, avec une excellente nouvelle : ils ont un point de livraison à St jean d’Illac.
J’ai reçu également le catalogue des pépinières Lepage  ( vivaces, graminées et fougères ) avec là aussi une bonne nouvelle, ils ont revu leurs modalités de ventes. Les prix sont plus accessibles et il n’y a plus de minimum de commande par variété. Pour ceux qui l’ignorent, les établissement Lepage sont une référence en matière de vivaces.
Donc si cela vous tente on peut étudier des commandes dans le courant de l’automne.
 Si vous allez sur les sites, Eve ou Lepage, ou autres, vous aurez un aperçu de ce qui est proposé, mais sachez tout de même qu’il est plus intéressant de commander dans le catalogue, les sites ne proposent que des sélections et les prix ne sont pas forcément plus intéressants, voire pas du tout.

Sortie botanique :

En cette rentrée de septembre, je vous proposais de venir découvrir les Spiranthes d’Automne petite orchidée indigène, et les gentianes pneumonanthes tout aussi indigènes de notre région. Les Spiranthes ayant manqué d’eau n’étaient pas nombreuses, par contre les gentianes, du même bleu pur que les montagnardes, étaient au rendez-vous. L’histoire de la synergie entre la gentiane, le papillon Azuré des mouillères et une fourmi illustre bien combien la nature est tout à la fois ingénieuse et fragile. Quand je vois parler de compensation ou de déplacement d’espèces protégées, pour faire place à des grands travaux  le plus souvent gigantesques, coûteux et inutiles, ( sauf pour les lobbies du BTP ), la preuve est faite ici que ce n’est pas si simple. On ne recrée jamais un milieu dont on ignore, par force, toutes les interactions  qu’il comporte entre faune, flore et sols.

Manifestation d’Automne :  ça approche, le petit groupe qui était à la réunion en ce début de mois a bien travaillé. On espère que les adhérents viendront nombreux donner la main lors de cette journée. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Comme d’habitude, nous comptons sur les talents de nos cuisinières pour le stand gâteaux , salés ou sucrés, de La SABLINE.
Petite mise au point concernant le troc plantes : Il est bien établi qu’il ne sera pas toléré de stand venant en concurrence avec nos exposants pépiniéristes. Le troc, même s’il y a vente, doit rester dans les limites de l’amateurisme. C’est d’abord un moyen d’entrer en communication avec d’autres passionnés, de faire connaître les plantes qu’on aime, pas de faire du commerce.
Je demande aussi aux troqueur(ses) d’apporter leur table, cette année nous sommes contingentés car il y  3 manifestations en même temps.

Date de l’Assemblée Générale : une convocation vous sera envoyée, mais réservez déjà votre date du jeudi 22 novembre.

Prochaines manifestations :

  7 octobre : Château de Neuvic sur L’Isle et sans doute aussi Vertheuil.
Courant octobre : Fête des plantes à Arès je n’ai pas la date.

Au fur et à mesure de leur arrivée, les dates de manifestations seront sur le blog.

Prochaine réunion : le 8 octobre, attention c’est tôt, le 1° étant aussi un jeudi.

Commenter cet article