Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La SABLINE: section horticole et botanique de l'ALCI: Association Loisirs et Culture Illacaise

Amateurs de plantes quelles soient sauvages ou cultivées,sur ce blog vous retrouverez toutes nos activités dans les domaines du jardinage, de la botanique et de l'écologie. Pour suivre notre actualité, inscrivez-vous à la Newsletter: formulaire dans le rectangle noir sur le côté gauche à la fin des articles .

La lettre de septembre

Publié le 5 Septembre 2017 par La SABLINE in la lettre du mois

L’été s’achève, l’heure des bilans approche. Cette année 2017 restera-t-elle dans les annales ou au contraire devons-nous penser à nous adapter à de nouvelles conditions climatiques? Un hiver et un printemps sans pluie, un gel assassin en avril et un été où le thermomètre refuse de descendre en dessous des 30° les ¾ du temps ? Que nous réservent l’automne et l’hiver à venir ? Bien malin qui pourrait prédire ce qui nous attend, mais ce qui est certain, c’est que le jardinage devient compliqué.

Pour celles et ceux qui y étaient, je me souviens de notre incrédulité quand Jean Thoby nous prédisait, dans les années 90, un réchauffement climatique d’importance. Personne n’en parlait encore, et pourtant je crois bien que nous y sommes en plein dedans et que ce n’est pas terminé, loin de là. 

Je ne sais pas comment ont réagi vos jardins  au cocktail de l’année, gros gel en avril et ces journées où les températures ont souvent frôlé les 40°, chez moi au final, plus de peur que de mal, à ceci près qu’il n’y a aucun fruit et pas de fleurs sur les arbustes ayant souffert du gel. Par exemple les hydrangéas ont refait une masse de feuilles impressionnante, mais pas de fleurs !  Je constate que les plantes font preuve de résistance au-delà de toute espérance, à moins que ce soit moi qui fasse preuve d’une inquiétude exagérée !

 Sur 5000m², impossible d’assurer l’arrosage partout,  mais il y faut une vigilance de tous les instants, juste pour maintenir en vie, apporter l’eau à celles qui en ont besoin juste à temps pour éviter le pire, voilà qui occupe bien son monde. Laisser faire la nature en lui apportant juste le coup de pouce utile, ce n’est pas toujours évident, mais quel bonheur de voir les feuillages en berne le soir tout ragaillardis le lendemain matin après un arrosage vespéral.  L’aspect général du jardin en souffre, certes, mais l’important est de conserver les plantes, fussent-elles en repos un peu trop tôt et profiter de ce qui reste.

Le moment est propice au bilan, répertorier les plantes ‘ chameau’, celles qui résistent contre vents et marées, dans ce registre là les petites sauvages sont championnes toutes catégories, heureusement que certaines sont assez jolies, mais pas question de se laisser envahir quand même.

Mon premier constat : c’est là où la densité de plantation est la plus forte, que les plantes résistent le mieux. L’évaporation y est moindre en raison du couvert végétal, et le moindre apport d’eau y est tout de suite mis, à profit.

Ensuite : certaines plantes préfèrent ne pas lutter et se mettent en repos en perdant leurs feuilles, parfois elles se réveillent aux premières pluies quand la température baisse, c’est surtout vrai pour les hémérocalles et les rosiers.

Enfin : les plantes bien installées sont plus résistantes, d’où l’intérêt de bien soigner la plantation. Ne pas s’économiser sur la taille du trou à faire, ni sur l’apport de bon terreau, sans oublier de décompacter les mottes et de les faire tremper copieusement avant de les confier à la nature. C’est sans appel ! Chaque fois qu’une plante a montré des signes de souffrance trop prononcés, c’était dû à une mauvaise plantation. Parfois on croit gagner du temps en allant trop vite, mais on le paie tôt ou tard. Mieux vaut garder la plante en pot, quitte à en mettre un plus grand si on n’a pas le temps de faire une plantation correcte, ou pour attendre une période plus favorable.

 

Justement la période de plantation approche, mais pas de précipitation, il vaut mieux attendre fin octobre ou début novembre, par contre il est possible, d’ors et déjà de préparer les prochains emplacements, en les couvrant de mulch ou de compost, ou autre couverture de sol, de façon à conserver un maximum de fraîcheur en profondeur et éliminer les herbes indésirables. Au besoin semer un engrais vert type trèfle ou moutarde peut être bénéfique. 

Parmi les résiste à tout, j’ai constaté que les chrysanthèmes et les asters sont champions toutes catégories, et à ce sujet je vous propose un dossier asters à méditer pour l’an prochain. Côté arbustes, ce sont les camélias, azalée et rhododendrons qui remportent la palme.

 

Avec l’automne, arrive l’époque de plantation des bulbes de printemps, une commande Turc ne va pas tarder à arriver, je vous en ferai part : tulipes botaniques, crocus, narcisses et petits bulbes de printemps .

Il est encore possible de changer des bulbes de place, ou d’éclaircir des spots devenus trop denses, les bulbes ayant tendance à proliférer sur place, ou encore certains, comme les crocus qui sortent de terre au fil des ans, vous replanterez aussitôt sans problème.

Si vous avez des bulbes conservés au sec, examinez les bien avant de les replanter, ils peuvent avoir été envahis de pucerons, en ce cas il faudra les nettoyer avant de les planter. Eliminer ceux qui présentent des signes de pourritures, par contre certains se sont recroquevillés mais sont restés vivants et ne demandent qu’à pousser, en général on voit poindre une petite pointe verte.

Ceux qui sont restés en place ne vont pas tarder à monter le bout du nez, alors patience pour ne rien planter dessus ou risquer de les abîmer par un coup de bêche.

 

En théorie, fin août- début septembre est la période favorable pour bouturer les plantes aromatiques, thym, lavande, sauge, romarin, …. Pensez-y, surtout que toutes sont résistantes au froid et à la sécheresse. En plus les huiles essentielles qu’elles synthétisent et diffusent sont bénéfiques autant  pour les plantes du jardin que pour nous.

Pour les arbustes il faudra encore patienter jusqu’en novembre.

Pensez aussi à semer les vivaces pour l’an prochain, c’est souvent mieux que de le faire au printemps.  Par contre, si vous voulez avoir un petit coin sauvage au printemps, pour les abeilles et autres pollinisateurs, préparez l’endroit dès maintenant, en semant à tous vents les fleurs annuelles, telles que coquelicots, pavots, nigelles et autres.

L’action bénéfique à ne pas manquer : éliminer les graminées vivaces se propageant par stolons, comme le chiendent, ou drageonnantes qui s’arrachent facilement après une pluie, car elles sont en fin de cycle. Ne laissez pas non plus se développer ni ressemer le chiendent  pied de coq, celui qui a des feuilles molles, un peu velues , et qui s’enracine profondément très vite, au point de devenir difficile à extirper, sachant qu’en plus les tiges couchées s’enracinent de suite aux nœuds. La pire de toutes c’est la fétuque, si fine qu’elle se faufile partout et je crois bien que chaque graine germe. Si on la laisse, elle forme des touffes très denses qui à la longue envahissent les plates bandes d’un épais feutrage très difficile à éliminer et qui étouffe les autres plantes.

 

Nous nous retrouverons ce jeudi 14 septembre pour reprendre nos bonnes habitudes, au local et heures habituels, avec, je pense plein de choses à raconter sur cet épisode d’été caniculaire, mais avant cela je vous rappelle le forum qui aura lieu le samedi 9 de 10h à 13h à  ‘L’uzzine’, route de Pierroton .

J’y serai avec Martine, pour faire connaître La SABLINE mais si d’autres veulent venir nous seconder une heure ou deux, ce ne sera pas de refus. 

 

Je vous rappelle également notre bourse aux plantes du 30 septembre, parlez-en autour de vous, préparez vos boutures, graines, objets à donner, vendre ou échanger….  !

 

Pour les autres activités, vous recevrez les informations au fur et à mesure sur la liste mail.

 

Botanique : cette activité est bien sûr ouverte à tous, le vendredi matin reste le créneau privilégié pour les séances à l’intérieur, mais on peut étudier d’autres jours pour les sorties sur le terrain. Cette année nous irons explorer les parcs et sites naturels de notre région, y compris le Nord Bassin avec si possible constitution d’un herbier.

 

Art floral: les dates retenues sont: 08/septembre, 20 octobre, 17 novembre, 22 décembre

et toujours avec les fleurs et végétaux du jardin.

Enfin, pour la prochaine réunion, ce serait bien que vous veniez avec des idées des thèmes que vous aimeriez voir traités au long de l’année, afin d’établir un calendrier.

 

Notre prochaine fête des plantes aura lieu le  dimanche 25 mars.

Commenter cet article