Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La SABLINE: section horticole et botanique de l'ALCI: Association Loisirs et Culture Illacaise

Amateurs de plantes quelles soient sauvages ou cultivées,sur ce blog vous retrouverez toutes nos activités dans les domaines du jardinage, de la botanique et de l'écologie. Pour suivre notre actualité, inscrivez-vous à la Newsletter: formulaire dans le rectangle noir sur le côté gauche à la fin des articles .

En Avril ne te découvre pas d'un fil!

Publié le 3 Mai 2017 par La SABLINE in la lettre du mois

Ce mois d’avril 2017, je crois que nous allons nous en souvenir longtemps, nos jardins seront là pour nous le rappeler, tant il n’a jamais autant mérité son dicton :
« En avril ne te découvre pas d’un fil »
Commencé comme le meilleur des mois de juillet, il a terminé par un janvier assassin. Le gel a
mordu sans discernement, au-delà de toute logique, il s’est repu des petites feuilles tendres pleines de  promesses. Jamais en  20  ans  je  n’avais  vu  les  camélias  dans  un  tel  état !  Jeunes  feuilles recroquevillées, les plus anciennes, pourtant aguerries, noires et la tête basse ! Ne parlons pas des fleurs, toutes fauchées en plein épanouissement. Les azalées font grise mine.

Partout dans le jardin c’est la désolation ! Les fleurs fanées des hydrangeas n’ont pas suffi à protéger leurs feuilles, mais le plus surprenant, c’est la façon dont le gel a mordu. Certaines plantes ont gelé à l’étage inférieur,mais  pas  dans  le  haut,  pour  d’autres  c’est  l’inverse,  un hydrangea a  vu  ses  feuilles  toutes  gélées dans le milieu de l’arbuste, mais pas de chaque côté ! Ailleurs, deux Pieris plantés côte à côte, un est gelé, pas l’autre ! Idem sur les arbres fruitiers, pourquoi certains ont vu leurs feuilles gelées et pas  d’autres,  sans  raison  apparentes  et  à  même  exposition ? C’est  du  grand  n’importe  quoi,  à l’image sans doute de la situation politique qui nous interpelle !

Les astres devaient vraiment être en mauvaise configuration !

A présent il va falloir attendre la suite. Par chance il a plu tout de suite après ce mauvais coup, ce qui  devrait  permettre  aux  plantes  de  retrouver  de  la  force,  mais  à  n’en  pas  douter  il  y  aura  des séquelles. Comme on le  sait, le jardinage est une école de patience, et je ne saurais trop  vous la conseiller, les méchants saints de glace de début mai  n’ont pas encore joué leur partie, aussi, ne vous précipitez pas pour tailler vos arbustes. Laissez-les se refaire tranquillement. Il sera toujours temps dès la mi-mai d’éliminer les feuilles et les branches mortes, en espérant que le gel ne sera vraiment plus à craindre !
L’autre  interrogation,  c’est  l’eau.  Il  semblerait  qu’on  soit  bien  partis  pour  une  année  de
sècheresse. Les nappes sont au plus bas, et les arbres vont immanquablement en souffrir. Pour ce qui est de nos plantes, arroser, oui, mais avec parcimonie, juste pour entretenir la vie. Nos plantes ont des facultés d’adaptation que souvent nous ignorons. Moins arrosées elles seront certes moins belles et certainement moins florifères, mais survivront mieux à un éventuel été sec.
Ne ménagez pas les paillages, après un bon arrosage ou une bonne pluie, disposez les, en couche épaisse  .partout  où  c’est  possible,  principalement  au  pied  des  arbustes.  Je  vous  rappelle  une constatation que beaucoup d’entre nous ont déjà faite : le goutte à goutte n’est absolument pas la solution d’arrosage la meilleure, pour les massifs. Ce système n’est vraiment efficace que pour les plantations en ligne et/ou si les goutteurs sont au pied même des plantes. Depuis quelques années j’ai abandonné ce système au profit de turbines qui permettent de reproduire les effets de la pluie, sans abîmer les plantes. Le sol étant abreuvé en totalité, cela permet d’avoir à arroser moins souvent . Autre avantage, les parties aériennes des arbustes profitent aussi de la fraîcheur et de l’arrosage, car il ne faut pas oublier que les plantes absorbent l’eau par les racines, mais aussi par leurs feuilles.
Au cas où vous l’auriez oublié, ces feuilles sont des capteurs solaires , qui fournissent l’énergie à la plante, mais sont aussi munies, à leur face inférieure,  de stomates, véritables vannes qui régulent l’absorption et l’évaporation de l’eau. En cas de sécheresse trop forte, ces stomates se ferment pour permettre à la plante de conserver son eau , aussi , quand vous constatez une plante flétrie, il est bon de bassiner le feuillage tout en remédiant au manque d’eau.

Soyez particulièrement vigilants  aux  nouvelles  plantations.  Si  vous  avez planté  des  arbustes achetés en  pot,  surveillez-les  de  près.  Il  sont  souvent  élevés  dans  un  substrat  trop  poreux  qui convient à la gestion en pépinière, mais pas du tout à la pleine terre. Il est souvent préférable de changer  une  partie  de  ce  substrat  avant  la  plantation,  et  de  prévoir  un  trou  beaucoup  plus  large rempli  de  terreau  riche, afin  de  permettre  aux  racines  d’aller  chercher  nourriture  et  humidité.
Souvent je préfère élever ces arbustes en pot la première année pour les fortifier avant de les planter à leur emplacement définitif. J’ai ainsi rencontré beaucoup moins dez déboires ! Le jardin est affaire de patience je ne vous le répèterai jamais assez!
Comme  tout  n’est  quand  même  pas  tout  noir,  les  rosiers  commencent  à  s’épanouir  ,  mai  est vraiment le mois de la rose.  Surveillez les pucerons, une petite douche au jet devrait les calmer, et si vous constatez que les fourmis sont au pied, là, tant pis pour elles, une petite boite spécialement prévue  pour  elles  les  éliminera  plus  surement  que  n’importe  quel  insecticide,  sans  créer  de dommages à l’environnement. Je sais c’est cruel, mais un nid de fourmi peut vous tuer une plante en un temps recours. C’est particulièrement vrai pour les artichauts et les plantes en pot.
Vous constaterez aussi très certainement les feuilles qui s’enroulent sur elles-mêmes, là ce n’est pas la faute des pucerons qui préfèrent les boutons floraux, mais de la tentrède. Pas de panique, en règle générale cela ne dure pas et le feuillage se refait rapidement.
Lors de la réunion de mars j’avais fait un exposé sur les roses et le genre rosa, qui est très vaste et très divers. Le voici donc dans l'onglet botanique, pour vous permettre de mieux vous y retrouver. Un rosier  peut  être  la  meilleure  ou  la  pire  des  choses  selon  la  variété  ou  l’espèce  choisie  et l’emplacement qu’on lui a attribué.

En mai, chaque Week End a sa fête des plantes,  souvent même plusieurs. Près de chez nous :
7 mai : Saucats et sa bourse aux plantes
6 et 7 mai Fête des plantes rares à Neuvic sur L’Isle
13  et  14  mai  traditionnelle  fête  des  plantes  à  Gaujacq.  En  prime, le  dimanche,  vous  pourrez
écouter la musique des plantes

Prochaines bourses aux plantes :
21 mai : Fête des plantes de La Valériane à Blaye.
25 mai Fête des plantes à Toulenne
27 mai Toctoucau ( en attente de confirmation).
Enfin  je  terminerai  ce  bulletin  par  un  petit  retour  sur  notre  fête  du Printemps qui  a  été  très réussie. L’exposition sur les hôtels à insectes était très intéressante et bien documentée, les hôtels très  sympathiques  et  ingénieux,  différents  des  traditionnelles  maisons,  comme  je  vous  l’avais demandé.  Ces  abris  à  l’aspect de maison, que  l’on  trouve traditionnellement montrent  bien comment l’homme voit la nature à travers lui.
Le beau temps était de la partie, ce qui ne gâte rien, seule ombre au tableau, les jeunes du City Parc avec lesquels il a fallu batailler en raison des ballons qui atterrissent chez nos exposants. J ’ai donc demandé pour l’an prochain d’investir un autre lieu, à savoir, l’espace boisé situé derrière la mairie, avec l’accès à la nouvelle
salle  Villenave,


Au programme,. Le vide jardin fin septembre, comme l’an passé. Date à définir
Enfin je vous rappelle que Marieline propose un atelier art floral par mois, à la condition d’avoir
au moins 8 personnes. Alors n’hésitez pas à inviter vos amies.

 

 

 

Commenter cet article